Le 73ème anniversaire du Pdci-Rda, célébré avec faste le mardi 09 avril, a été le lieu pour le secrétaire exécutif, Maurice Kacou Guikahué de régler ses comptes à Ahoua Ndoli Théophile qui a traité le président Bédié de locataire du Pdci-Rda. Morceaux choisis de son discours.

« Après une année difficile marquée par des méchancetés, des injures, des dénigrements, des reniements, l’ingratitude, la violence verbale gratuite contre les dirigeants du Parti et les procès en justice portés par certains de nos cadres afin de liquider notre formation politique, il était tout à fait logique qu’on marquât une pause autour de notre Chef afin de recevoir ses instructions pour le futur, tout en fêtant la victoire de la résistance, de la conviction et de la solidarité.

Monsieur le Président

Je voudrais vous renouveler nos remerciements d’avoir donné l’enseignement de la démocratie interne dans un Parti Politique en vous soumettant régulièrement au verdict des urnes pour le renouvellement de vos mandats successifs. 

Vous êtes le choix du Peuple du Pdci-Rda dont vous tirez la légitimité. Oui, Monsieur le Président, du 30 avril 1994 au 9 avril 2019, cela fait un quart de siècle que vous tenez la barre du navire Pdci-Rda. 

Des tempêtes, des ouragans, des récifs, même des tsunamis, le Parti en a connus; mais en bon capitaine, vous avez réussi à sauver le Navire Pdci-Rda du péril certain. Les événements de l’année 2018 vous ont permis de battre en brèche les critiques de tous vos adversaires et de montrer votre capacité de résilience, votre esprit vif et votre lucidité de tous les instants.

Le Pdci-Rda, est une réalité vivante aujourd’hui avec de nombreux militants mobilisés pour la survie de leur Parti à l’instar de nombreux élus soixante-neuf (69) Députés, dix-huit (18) Sénateurs, cinquante (50) Maires, Six (06) Présidents de Conseil Régional et ce malgré le braquage éhonté, orchestré par les spécialistes de violences électorales, et qui sont restés sourds aux chants de sirènes, aux intimidations, menaces, chantages, achats de conscience pour mener la lutte de la survie du Parti.

Monsieur le Président

Nous avons entendu ces derniers temps une voix se lever et dire que vous n’avez pas construit, une maison et que le locataire que vous êtes au même titre que les autres, ne peut en chasser personne. Nous répondons à cette voix que vous n’avez chassé personne de la maison. Mais cette personne doit savoir que si vous êtes l’un des locataires d’une maison que vous n’avez pas construite et que vous décidez de la vendre à un autre propriétaire, les autres locataires attachés à leur ancien propriétaire et n’ayant pas envie d’avoir affaire à un nouveau propriétaire, peuvent vous demander d’aller tout simplement habiter dans la maison du nouveau propriétaire avec lequel vous avez contracté votre funeste contrat ».

Par Lepanafricain24.info