Le régime Roch Kaboré est à l’épreuve. En effet, depuis 2015, le Burkina Faso fait face à de récurrentes attaques terroristes. Les Djihadistes gagnent un peu plus de terrain dans ce pays, malgré les efforts du régime. Dimanche 12 mai 2019, une église catholique a été prise pour cible par ces terroristes à Dablo (dans la province du Sanmentenga).

Le bilan laisse les populations dans l’émoi. Un (01) prêtre (l’Abbé Siméon Yampa) et cinq (05) fidèles ont été exécutés. Après leur forfaits, les assaillants ont mis le feu en l’édifice. Le 28 avril 2019, ce sont six (06) chrétiens de confession protestante dont un pasteur qui avaient péri sous les armes des Jihadistes à Sigadji dans le Soum (Nord).

Dans la soirée, au moins un militaire du Groupement des forces antiterroristes (Gfat) a été tué dans une embuscade et 9 autres été blessés dans une embuscade Gasnindé non loin de Namsiguia, commune située dans le département de Kelbo, dans la province du Soum, région du Sahel. Rapporte la radio Oméga.

Le chef de l’Etat Burkinabè, Jean Roch Kaboré, a dans un twett a « énergiquement » réagi sur ces attaques perpétrées contre l’église qu’il qualifie d’« inacceptable ». Il en appelle à la « vigilance » et au « discernement » du peuple Burkinabè face à ces attaques d’un genre nouveau dans son pays.

« Nous resterons débout et nous traquerons ces forces obscurantistes qui veulent mettre à mal notre vivre ensemble et saper nos efforts de développement » ajoute le président Kaboré.

Ce sont au moins 499 personnes qui ont été tuées entre novembre 2018 et mars 2019 selon l’organisation Acled. Le bilan s’est alourdi et a atteint le seuil de plus de 500 personnes qui ont perdu la vie avec les dernières attaques du vendredi 10 et dimanche 12 mai.

Aboubacar Dramé