Du 18 au 20 juillet 2019, se tiendront à Yamoussoukro (capitale politique de Côte d’Ivoire) les grandes journées scientifiques de concertation nationale, (une sorte d’états généraux de la République. Initiés par le Pr Amoa Urbain, ces journées scientifiques porteront sur le thème ‘‘Culture africaine, culture de paix, mécanismes et stratégies de maintien d’une paix permanente en Côte d’Ivoire (les 7 clés du succès)’’.

Le candidat déclaré, ne tari pas d’initiative pour tenter de sauver son pays du gouffre. Après ‘‘la Route des Reines et Rois’’, Amoa Urbain remet le couvert. Cette fois, avec ‘‘les grandes journées scientifiques de concertation nationale’’. Qui ont pour objectifs principaux, la mise en place d’un corps de volontaires pour la paix et la reconstruction nationale, la collecte des mécanismes et de stratégies de maintien d’une paix permanente en Côte d’Ivoire, la collecte de signatures pour un nouveau contrat social et l’adoption d’un serment pour le maintien de la paix permanente en Côte d’Ivoire avant, pendant et après les consultations électorales. Cette nouvelle vision d’Amoa Urbain vise également à désamorcer les tensions sociales et à apaiser le climat social échaudé par des propos acerbes et incendiaires dans le jeu politique national.

Dominique Ouattara (actuelle première dame), Henriette Konan Bédié, Simone Ehivet Gbagbo et Thérèse Houphouët-Boigny (anciennes premières dames) auront la gestion de la direction scientifique. C’est à juste titre que le Pr. Amoa Urbain a  souhaité que ces personnalités adhèrent à cette vision. Dans cette même dynamique, « des correspondances leur ont été acheminées » explique le candidat à la présidentielle de 2020. Aussi, ces assisses sont-elles placées sous la co présidence d’Henri Konan Bédié, d’Alassane Ouattara et de Laurent Gbagbo.

Ces journées de concertation nationale seront ponctuées par une marche de la paix avec pour itinéraire l’Hôtel Président jusqu’à la résidence présidentielle suivie de la remise des résolutions à la chefferie traditionnelle Akouè de Yamoussoukro, qui devra à son tour, les transmettre au président de la République, Alassane Ouattara.

Jonas Kra