La rumeur sur l’organisation de manifestations hostiles à Guillaume Soro circulait depuis qu’il avait convoqué pour le samedi 11 mai dernier son comité politique et les partis politiques gravitant autour de ses idées. Des rumeurs de plus en plus persistantes et précises, indiquant que des pontes du régime, originaires du Hambol, étaient à la manœuvre pour saboter la présence de l’ex Pan avec pour point d’orgue, des attaques pour perturber les réunions.

Face à l’irrésistible percée de Guillaume Soro dans le pays et plus particulièrement au nord où il séjourne depuis plus de deux mois, les barons du RHDP ont le sommeil en lambeau. Ces derniers qui considéraient le septentrion ivoirien comme une chasse gardée, ont assurément trop dormi sur leurs lauriers. Ils sont vomis désormais et pour cause, l’abandon des populations et les promesses mirobolantes jamais réalisées.

Au lieu de s’investir dans le développement endocentré pour le bien-être des populations, ils sont engagés dans une randonnée disent-ils pour « effacer les traces de Guillaume Soro ». Mal leur en a pris car malgré tous leurs efforts, de plus en plus les populations accourent pour adouber leur nouvel espoir qui ne fait pas que promettre. A brûle-pourpoint, ses mots qui pansent, sont suivis de concrétude à travers la réalisation en masse d’infrastructures sociales et éducatives.

Pour contrer Guillaume Soro donc, ils n’ont trouvé mieux à faire que de s’engager dans le ridicule et comment ? Manipuler des populations pour la plupart analphabètes, leur distribuant 2.000 francs pour les engager dans une marche qui au final, n’aura pas drainé plus de 200 personnes. Echec retentissant pour les organisateurs tapis dans l’ombre et qui ne se rendent même pas compte qu’ils viennent d’organiser pour la première fois en Côte d’Ivoire, une marche du pouvoir contre un leader d’opposition. C’est tout simplement dire que Guillaume Soro, a mis en branle un système de menteries et de manipulations des ivoiriens, qui se rendent compte fort heureusement de la supercherie.

On s’attend à bien de subterfuges et d’actes ridicules pour essayer de contrer la touche de développement participatif que Guillaume Soro apporte à travers ses actes. Seulement, les ivoiriens, très matures sauront faire la différence entre les manipulateurs et les « développeurs ».

Guillaumesoro.ci