La police criminelle de Man vient de mettre le grappin sur l’assassin de Diomandé David tué il y a quelques jours. En effet, après son forfait, l’assassin qui a jeté l’arme non loin du lieu du crime  a aussi perdu son téléphone portable sur le même lieu.  La mise sous scellé de ces pièces qui a ouvert des pistes aux enquêteurs. De qui s’agit-il ?

Les éléments du capitaine Beugre Dakoury, chef de service régional de la police criminelle se sont alors mis en branle. Les différentes puces trouvées dans le téléphone ont permis de comprendre qu’elles appartiennent à Diomandé Benjamin, instituteur à Man, qui n’est autre que le frère cadet du défunt. Interpellé Diomandé Benjamin a nié tout en bloc. Prétextant la perte de téléphone dans un kiosque ou encore qu’il était à l’église la nuit du crime.

Argument qui ne convainc pas la police. Elle réussit à le passer aux aveux. Selon Diomandé Benjamin, son grand frère qui a en charge la plantation familiale refuse de procéder au partage des biens malgré son insistance. C’est donc mécontent qu’il décide de se venger en mettant fin à la vie de son aîné.

Pour se faire, il prend soin de s’acheter un fusil à canon scié. L’arsenal assassin étant acquis, le criminel frère choisit la nuit du mercredi 4 au jeudi 5 avril pour assouvir son dessein macabre. Ce jour-là, dans la pénombre de la nuit noire (puisqu’il y avait coupure d’électricité) il surprend son grand frère qui ramassait les graviers de sa femme concasseuse.  Il fonce sur lui et lui tire dessus sans retenue à bout portant, avant de  prendre la poudre d’escampette.

Mais il sera  trahi par son téléphone, lui qui croyait s’être mis à l’abri de tous soupçons. Diomandé Benjamin a été déféré à la maison d’arrêt et de correction de Man pour répondre de ses actes.

DBM