Les travaux du Comité mixte d’examen des rémunérations des Administrateurs exécutifs et de leurs suppléants du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale (JCR 2019), qui avaient démarré en avril 2019 à Washington, en marge des Assemblées de printemps, se sont achevés, le 2 juillet 2019 à Singapour.

Les conclusions des travaux ont permis de faire des propositions sur les questions relatives à la disparité des rémunérations ainsi qu’à la révision des rôles et responsabilités des dirigeants de ces deux institutions financières mondiales.

Les recommandations, contenues dans le rapport produit par le JCR 2019, ont été portées à la connaissance des Conseils des Gouverneurs du Fmi et de la Banque mondiale. Ces derniers, après un examen, au sein de leurs institutions respectives, ont   approuvé, à une très large majorité, ce rapport, selon le site web de la Banque mondiale et du Fmi.

Ainsi, l’adoption des conclusions du JCR 2019, le 5 septembre 2019, à la quasi-unanimité des Gouverneurs, constitue une première dans l’histoire des deux institutions financières mondiales.

Pour mieux apprécier l’excellent travail accompli, il convient de relever que le JCR 2019 a été mis en place, en vue d’harmoniser et de concilier les divergences survenues entre la Banque mondiale et le Fmi, à l’occasion de l’adoption des recommandations et autres conclusions du JCR 2018.

Faut-il le rappeler, sur proposition de Madame Christine Lagarde, alors Directrice générale du Fmi et de Monsieur Jim Yong Kim, qui assurait la présidence de la Banque mondiale, le ministre Fidjien de l’économie et actuel président des Assemblées annuelles conjointes Banque mondiale-Fmi, S.E.M Aiyaz Sayed-Khaiyum, l’Ivoirien Charles Koffi Diby et le Finlandais Erkki Likkanen avaient été invités, en janvier 2019,  à se prononcer sur l’harmonisation des positions relatives à la parité au sein des deux Institutions financières ainsi que sur le fonctionnement du JCR.

La désignation de Monsieur Charles Koffi Diby, au sein de cette importante structure de la Banque mondiale et du Fmi, accueillie favorablement par les Ivoiriens, avec la caution du président de la République, S.E.M Alassane Ouattara, constitue pour ce brillant technocrate, une reconnaissance de ses qualités professionnelles et de ses mérites. 

Dès lors, le président ivoirien peut se féliciter de la confiance accordée à ce haut fonctionnaire qu’il a nommé à la tête du Conseil économique, social, environnemental et culturel.

Une fois encore, le rayonnement de la Côte d’Ivoire a pris du relief, au niveau international.

Service de Communication