Bielé Nourgo est le tout 1er président de l’alliance pour la paix en Côte d’Ivoire (APCI). Il a été porté à la tête de cette organisation par ses amis venus des quatre coins du pays pour un mandat de 3 ans et à l’issu de l’assemblée générale constitutive et élective tenue ce samedi 29 juin 2019 à Bouaké.

« Cette alliance est née suite aux événements que nous avons connus en Côte d’Ivoire. Depuis le décès du père fondateur de la nation jusqu’à ce jour, la Côte d’Ivoire vit des difficultés. La Côte d’Ivoire est entrain de s’éloigner de cette grande valeur qui est la paix et donc nous jeunes soucieux de notre avenir, soucieux de l’avenir de nos enfants et même de l’avenir de cette nation avons décidé de nous constituer en alliance, à l’image même des alliances inter-ethnies. Il faut qu’il y ait une alliance nationale pour la paix, une alliance de non violence…

Nous voulons faire de cette alliance une plateforme dynamique et puissante, capable d’aider à la consolidation de la paix et donc nous allons sensibiliser, travailler à la culture de la paix et à l’unité nationale pour briser tout ce qui est mur de méfiance qui a conduit à tout ce que nous connaissons aujourd’hui…Nous sommes apolitiques et nous sommes pro paix. Nous sommes pour la paix, nous sommes pour la nation. Le message que nous voulons lancer à nos papas, est que par rapport à tout ce qu’ils feront, qu’ils pensent à la jeunesse, qu’ils pensent à la nouvelle génération, qu’ils pensent à nous qui sommes leurs enfants parce que nous pensons qu’ils ont une grande responsabilité dans tout ce que nous vivons en Côte d’Ivoire.

Qu’ils nous aident à créer les conditions de paix, parce que nous voulons désormais marcher pour la paix, nous voulons créer les conditions de la paix, donc nous leurs demandons de nous aider à faciliter cette tâche en contribuant donc dans leurs propos, leurs discours, leurs actions à la paix, l’union des leaders politiques, l’union des gouvernements arrangent plus la population. N’entrons pas dans la division, n’entrons pas dans la haine, n’entrons pas dans la méfiance. Cultivons la paix, gage de notre union ».

Propos recueillis par David Ozy