C’est une Côte d’Ivoire fière, admirée et respectée  qu’il a été donné de voir du 10 au 14 avril 2019 aux Réunions de Printemps de la Banque mondiale et du Fonds Monétaire International (FMI) à Washington, DC, aux Etats-Unis. 

A  ces forums des  sommités du développement international des institutions de Bretton Woods,  où on échange sur l’état et les perspectives de l’économie mondiale, la délégation ivoirienne, conduite par le premier ministre Amadou Gon Coulibaly, était précédée d’une bonne réputation. Une réputation établie sur les performances socio-économiques 2011-2018 du pays, sous la direction  du président de la République Alassane Ouattara. Une réputation d’un gouvernement qui est au travail et  qui obtient des résultats. 

Amadou Gon Coulibaly était très attendu et la Côte d’Ivoire était l’objet de l’intérêt de tous. Les plus hauts responsables de la Banque mondiale et du FMI tenaient à le rencontrer pour apprendre des  secrets de la réussite, des raisons de la résilience de l’économie ivoirienne, tout comme des ambitions du pays. Le chef du gouvernement avait des approches de développement et surtout un fulgurant parcours de sortie  de crise, de reprise économique, de dynamique de croissance et des perspectives de développement à partager. 

Aux partenaires de Bretton Woods, de la Chambre de commerce américaine, du secteur privé, du Millenium challenge corporation (MCC) et autres personnalités de la finance internationale, Amadou Gon Coulibaly  a présenté le tableau d’un pays en marche. Un tableau caractérisé par une solide gestion macro-économique, un taux de croissance  moyen de 8,6% sur la période 2012-2018 et un taux d’inflation maîtrisé à 0,4%, sur une norme communautaire (UEMOA) de 3%.

Il a rassuré sur la soutenabilité et la bonne gestion de la dette extérieure, avec un ratio d’endettement de 48% sur une norme sous-régionale (UEMOA) de 70%.  Les ressources mobilisées vont au financement du développement global, notamment des infrastructures pour renforcer  la compétitivité et l’attractivité de l’économie.

Les secrets de la réussite ivoirienne ?

Alassane Ouattara et Mo Ibrahim échangeant sur les perspectives d’avenir de l’Afrique

Selon Amadou Gon Coulibaly, cette performance, rarement vue en Afrique et dans le monde, s’explique par les réformes, instruments et actions de bonne gouvernance mis en place depuis 2011. Que ce soit au niveau du code d’investissement, de la réforme administrative ou de la  dématérialisation des services.