Le ton est assez grave. L’air inhabituel. Et son inélégance langagière de l’instant, convainc le septique de la profonde crise qui secoue sa formation politique. Abel Djohoré, puisqu’il s’agit de lui, est tombé à bras raccourcis sur des cadres du Rhdp au cours d’une conférence de presse qu’il a animée le vendredi 20 mars.

Vingt années qu’il sert le Rdr, devenu Rhdp avec obséquiosité et dévotion. Les vertes et les pas mûres, l’homme en a vues et connues. Mais ce qu’il se passe en ce moment au sein de sa formation politique, Abel Djohoré était loin de se l’imaginer. Excédé de ces vexations dont sont coupables des cadres du Rhdp, le parlementaire a servi ce vendredi, du thé fumant à ses militants.

“En tout cas, Gagnoa n’est pas un nomansland. Si certains le croient, nous disons que Gagnoa a des propriétaires. C’est en cela que je veux dénoncer la démarche de certains responsables politiques de mon parti. Parce que ce qu’ils ne peuvent pas accepter chez eux, c’est ce qu’ils font à Gagnoa. N’importe qui les appelle, ils se lèvent et ils sont en mission à Gagnoa sans même aviser les responsables politiques qui sont sur le terrain. Mais il faut qu’on se respecte. Et ça va prendre fin parce que moi, je ne peux pas aller à Gbon chez la ministre Kandia Camara sans l’aviser au départ. Il faut que ça prenne fin. Pourquoi c’est à Gagnoa que les gens pensent que tout leur est permis? Non il faut que ça prenne fin. Et ça doit prendre fin” a fustigé le parlementaire.

Abel Djohoré qui ne veut plus se laisser marcher dessus a interdit Mabri Toikeusse, coordonnateur du Rhdp de la Région du Tonkpi de séjour à Gagnoa. ” Il parait que le président Mabri va Gagnoa. Je ne suis pas encore officiellement informé. Mais je pense qu’il y a des comportements qu’on ne peut plus accepter. Gagnoa n’est pas un laboratoire pour des politiques. Donc les hommes politiques qui pensent qu’ils ont des choses à faire à Gagnoa, qu’ils aient l’élégance de nous informer. Parce que Gagnoa c’est chez nous. C’est pas un territoire conquis. Quelqu’un n’a pas gagner Gagno dans guerre. Donc c’est pas un trophée de guerre”.

“Je ne conseillerai pas au président Mabri d’aller à Gagnoa. Vraiment je ne lui donnerai pas ma caution pour qu’il y aille dans ces conditions-là. C’est pas des espaces géographiques qui lui manquent pour s’exprimer. Il est de Zouahou-hien. Il n’a qu’à parler à Zouahou-hien d’abord avant de venir à Gagnoa et les choses continueront. Mais qu’on ne prenne pas les jeunes de Gagnoa comme des chairs à canon, comme des souris pour les passer dans les rôles de bistouris de chienlit politique qu’ils veulent mener sur le terrain. Il faut qu’on arrête ça” a-t-il prévenu.

Trop est de trop! ça suffit!

Le président du conseil régional de la région du Gôh, Joachim Djédjé Bagnon a fait aussi les frais de la furia verbale du député. Il reproche au transfuge du Pdci-Rda de ne l’avoir pas associé à une conférence de presse que celui-ci avait dite pour adouber la candidature de Gon Coulibaly pour la présidentielle d’octobre de 2020.

Pour Abel Djohoré, ” Djédjé Bagnon est venu au Rhdp par défaut. Mais aujourd’hui, la duperie, la tromperie, l’arnaque ont trop duré. Et ça doit prendre fin parce que le sujet est sérieux…C’est à croire que Bagnon joue contre le Rhdp à Gagnoa. Bagnon est en mission de déstabilisation du Rhdp à Gagnoa. Je le dis sans sourciller, Bagnon n’a aucune contenance politique” dénonce-t-il.

“Nous avons accepté les frustrations pour qu’on les nomme. Respectez au moins les valeurs que nous incarnons. Et c’est parce que nous avons existé hier qu’aujourd’hui ils ont des postes. Mais pendant combien de temps on va accepter ça? Je n’accepterai plus jamais que quiconque me bafoue. Donc que ceux qui ont mis Bagnon en mission l’interpelle, sinon moi-même je vais l’interpeler. S’il ne veut pas arrêter, moi je vais l’arrêter. Mon héritage politique, mes sacrifices que j’ai faits, si ça les engraissent, moi, ça ne va pas me dégraisser. On nomme des secrétaires d’État ils sortent de je ne sais d’où. On nomme des Dg qui sortent on ne sait d’où. Lui-même à l’a nommé Pca du Fer et puis tout ça là on accepte et on est assis. Il pense qu’on est bête quoi. ça va plus prospérer ça. J’ai la légitimité politique et historique de toutes les luttes du Rdr qui est devenu Rhdp. Donc personne ne marchera sur moi. Et je n’accepterai plus jamais que quiconque marche sur moi. ça suffit! Trop est de trop!” s’est-il montré de plus en plus menaçant.

Il revendique cependant, la direction de campagne du candidat Gon pour la raison qu’il a été le seul il y a plusieurs mois à “prophétiser” sur le choix du premier ministre ivoirien, Gon Coulibaly.

Séraphin Kouamé