(L’Héritage)-Après la sortie de Guillaume Soro donnant rendez-vous à ses nombreux partisans le 31 décembre pour son adresse qu’il fera, Méïté Sindou, ancien proche de Soro s’est répandu dans la presse pour tenter de rendre crédible, la thèse de tentative de coup d’état attribuée à Soro Kigbafori Guillaume. Cet ancien journaliste désormais à la plume corrompue s’y est malheureusement mal pris et est tombé dans son erreur.

Désormais opposés, El Hadj Traoré Mamadou, resté fidèle à Soro a déconstruit les tissus de mensonge du Sieur Méïté Sindou, alors président du comité d’organisation de l’arrivée de l’ancien président de l’assemblée nationale à l’aéroport Félix Houphouët-Boigny le 23 décembre 2019.

El Hadj Traoré Mamadou a dit avoir eu de la pitié pour cet ancien patron de presse lorsqu’il a lu l’article commandité pour tenter de démontrer que le 23 Décembre 2019 Guillaume Soro était dans une posture de tentative de coup d’Etat. « Pitié de lui parce qu’il a tenté par des acrobaties linguistiques de démontrer sa thèse de tentative de coup d’Etat ».

Sur quoi Méïté Sindou s’est-il basé pour accuser son ex leader de vouloir faire un coup d’état ? En tout cas, son ancien allié, El Hadj Mamadou Traoré a fait un décryptage et en est arrivé à la conclusion que pour Méïté Sindou, le premier élément, c’est le fait pour Guillaume Soro « de critiquer la gouvernance du gourou du restaurant pendant qu’il était en Europe, n’est ni plus ni moins qu’un projet de déstabilisation des Institutions. Le fait que Guillaume Soro ait annoncé, en étant en Europe, sa volonté d’être candidat à l’élection présidentielle de 2020, est une tentative de déstabilisation des institutions. Le fait que Guillaume Soro ait refusé de reporter son arrivée en Côte d’Ivoire et de se soumettre au calendrier du Gourou du Restaurant est une tentative de déstabilisation des Institutions. Le fait que Guillaume Soro ait décidé de mobiliser 100 milles personne pour l’accueillir répond à une volonté de sa part de créer, à son arrivée, une insurrection populaire en vue de déstabiliser les institutions. Le fait que depuis le Ghana, Guillaume Soro ait voulu prendre la route pour rentrer en Côte d’Ivoire est une volonté pour lui de déstabiliser les institutions. Le fait qu’on fasse dire par la voix de Lobognon que l’avion de Guillaume Soro a été empêché de descendre en Côte d’Ivoire répond à une volonté de Guillaume Soro de créer une insurrection populaire pour déstabiliser les institutions ».

« (…) Voici les raisons avancées par Méité Sindou, qui les a sûrement eues avec les grandes oreilles de la République qui justifient les accusations de tentative de coup d’Etat attribuées à Guillaume Soro. Vous constaterez avec moi que tous les éléments évoqués pour accuser Guillaume Soro de tentative de coup sont d’une faiblesse honteuse. En réalité, le pouvoir sait très bien que ce 23 décembre 2019, il n’y avait dans l’air aucune tentative de coup d’Etat. Ce que le pouvoir craignait c’est la mobilisation qui se faisait autour de l’arrivée de Guillaume Soro. Une mobilisation à la dimension et même plus que celle que les militants du Rdr avaient faite pour accueillir leur leader à son arrivée en Côte d’Ivoire en 1999. Le pouvoir avait peur de la popularité de Guillaume Soro qui s’amplifiait. Le gourou du restaurant avait peur qu’une fois en Côte d’Ivoire, Guillaume Soro ne démobilise ses troupes, surtout qu’il savait que le candidat qu’il comptait choisir ne faisait pas le poids face à Guillaume Soro. Il ne fallait donc pas permettre à Guillaume Soro de fouler le sol ivoirien. Il fallait le tenir loin de la Côte d’Ivoire. Et la meilleure manière de le faire, c’était de l’accuser de tentative de coup d’Etat. (…) Voici les raisons de l’accusation de tentative de coup d’Etat portées sur le dos de Guillaume Soro ».

Source : L’Héritage