L’autorité de nationale de la presse (ANP) s’est fendue d’un communiqué abondamment relayé sur la Rti et sur les réseaux sociaux incriminant la directrice de communication du Pdci et d’Henri Konan Bédié. Au cours d’un point de presse, la mise en cause a donné sa version des faits.

« Depuis hier circule sur les réseaux sociaux un communiqué de l’Autorité Nationale de la Presse (ANP) daté du 11 juin 2019 dans lequel vous exprimez une « résurgence d’entrave à la liberté de la presse et de menaces sur la sécurité des journalistes sur les lieux de reportage d’activités politiques» en faisant un lien inopportun avec un évènement datant du 05 Mars 2019 à Yamoussoukro.   

A cet effet, je voudrais faire quelques précisions sur les points suivants. Dans votre communiqué, vous faites état d’une invitation par courriers en date du 02 et 17 mai 2019 à votre siège pour une séance d’échanges afin de recueillir ma version des faits que vous me reprochez.

S’agissant du courrier du 17 mai 2019, je voudrais porter à votre connaissance que ni moi ni le service administratif du PDCI-RDA n’a reçu un tel courrier jusqu’à ce jour.

Aussi, concernant votre courrier du 02 mai 2019, ayant été saisie par mes services le même jour, je vous ai aussitôt joint au téléphone pour vous indiquer que n’étant ni l’organisatrice de l’événement ni celle qui ait invité les journalistes à une quelconque couverture médiatique, je ne pouvais répondre à votre invitation. Je vous ai donc conseillé de vous référer aux organisateurs de l’événement.

Ce qu’il s’est réellement passé

En ce qui me concerne, le 05 mars 2019, le Président Henri Konan Bédié a procédé, à l’occasion d’une cérémonie strictement privée, au dépôt de gerbes de fleurs sur la tombe de feu Félix Houphouët-Boigny, à laquelle aucun organe de media n’était convié. Le caractère privé de cette cérémonie qui se voulait dans la plus grande intimité a nécessité de la part du service de sécurité du Président Henri Konan Bédié d’interdire la prise d’images aux journalistes accourus sur les lieux après avoir eu écho de la présence du Président Bédié au caveau de Feu Félix Houphouët-Boigny.

Malgré cette interdiction, le correspondant du quotidien l’Expression a désobéi en prenant des images dont le service de sécurité a demandé la suppression. S’opposant à cette demande, il s’en est suivi de vives discussions. Informée de la situation, je me suis rendue sur les lieux pour demander au journaliste de faire droit à la demande du service de sécurité afin d’éviter des tensions. Ce que le journaliste a fait en ma présence.

Plus tard, le correspondant du quotidien l’Expression monsieur TRAORE Yacouba Diarra vient m’informer de la perte de son téléphone portable qu’il évaluait à 45.000 FCFA. Au regard des liens cordiaux entre le quotidien l’Expression, le journaliste et moi-même, je lui ai remis sur place la somme de 50.000 FCFA pour l’achat d’un nouveau téléphone.

Comme vous pouvez le constater, malgré le fait que ce correspondant soit dans l’irrégularité surtout qu’aucun journaliste n’a été invité à cette activité privée du Président Bédié, j’ai su le protéger et le couvrir des valeurs d’amour et de respect de la dignité humaine qui sont si chères au PDCI-RDA et à moi-même.

Mme Zongo Djénébou, Directrice de communication du Pdci et du Président Bédié

Depuis 2003, de Secrétaire Nationale chargée de la communication de la Jeunesse du PDCI-RDA ; chargéde relations presse du PDCI-RDA avec monsieur DAHOUET-BOIGNY, Secrétaire Général adjoint, chargé de la communication du PDCI-RDA, à conseillère en communication du Président BEDIE, à ce jour que j’occupe les fonctions de Directrice de la communication du PDCI-RDA, j’ai toujours entretenu des liens fraternels avec l’ensemble des médias et mes rapports avec les journalistes sont empreints de courtoisie et de respect.

Aussi, je m’étonne et m’interroge sur le but inavoué de ce communiqué qui indexe de manière singulière ma personne alors qu’au regard des faits, je ne suis pas la mise en cause. En outre, si tant est que vous vouliez sincèrement inviter “tous les acteurs socio-politiques, les leaders d’opinions et leurs différents staffs de communication, à faciliter aux journalistes, sans discrimination, l’accès aux sources d’informations et aux activités ouvertes à la presse” comme vous l’insinuez dans votre communiqué, il apparait très étrange que vous vous focalisiez exclusivement sur un événement strictement privé et sur le PDCI-RDA. Encore, ne serais-je pas en droit de m’interroger sur votre réelle intention avec le renfort de publicité autour de ce communiqué qui intervient plus de deux (02) mois après les événements.

Enfin, au-delà de toutes les présuppositions que votre communiqué laisse aisément transparaitre, je pu vous assurer, Monsieur Raphaël Lakpé, de mes cordiales relations avec l’ensemble de la communauté des journalistes dont chacun pourra en témoigner car comme j’aime à le dire, l’homme politique est fonction du journaliste et vis-versa d’où l’explication la raison de dire que les journalistes sont la prunelle de mes yeux.

Cordialement !

Fait à Abidjan, le 13 juin 2019

Mme Djénébou Zongo

Directrice de la Communication du PDCI-RDA

Conseillère en Communication du Président BEDIE