Le directeur du centre de développent de l’athlétisme africain de Dakar, Amadou Dia Ba, entend offrir à la discipline ivoirienne, une expertise de haut niveau. C’est tout le sens de sa présence à Abidjan.

Amadou Dia Ba a eu une séance de travail avec la fédération ivoirienne de l’athlétisme présidée par Jeannot Kouamé mercredi dans un chic hôtel de la capitale économique. Cette séance avait eu pour but, d’offrir à l’athlétisme ivoirien, l’expertise du centre de haut niveau de Dakar par la formation en vue d’œuvrer à son rayonnement.

Comme l’a indiqué l’hôte de marque, sa volonté est de former plusieurs membres de la fédération ivoirienne d’athlétisme dans de multiples domaines. Mais également d’harmoniser leur vision et perspectives pour le futur. Jeannot Kouamé et Amadou Dia Ba ont notamment planché sur la formation des entraîneurs et des officiels, le développement du sport, de l’administration et les compétitions. Le tout dans un contexte d’œuvrer au rayonnement de l’athlétisme en Côte d’Ivoire.

Vers la décentralisation des activités de l’AADC

Lors de la séance de travail à Abidjan, la question de la décentralisation des activités de l’AADC a été évoquée. En effet, longtemps cloisonnées au cœur de la capitale sénégalaise, les activités du centre de développement de l’athlétisme africain connaîtront sous peu une ère nouvelle. Celle de la décentralisation. Une vision chère à Amadou Dia et tous les acteurs de l’athlétisme africain.

“(…) Par le passé quand nous faisions les stages à Dakar, il (Ndlr: le président Jeannot) n’envoyait qu’un représentant. Mais avec la décentralisation, si nous venons à Abidjan, il peut avoir une dizaine de participants ivoiriens”, a indiqué Amadou Dia Ba, saluant les efforts consentis par Jeannot Kouamé et son équipe pour le maintien de l’athlétisme en Côte d’Ivoire.

“Le centre de Dakar est une référence.C’est un centre qui a de l’expérience avec un homme rompu aux arcanes de l’athlétisme à sa tête” qualifie le président de la fédération ivoirienne d’athlétisme. Avant de se réjouir de la rencontre qui marque pour son staff et lui, une nouvelle régénérescence.

“Aujourd’hui, nous avons organisé cette séance pour bénéficier de son expertise et marcher dans les mêmes pas en ayant les mêmes objectifs que ce centre”. Sentiment partagé par Sié Poda, le directeur technique national. “C’est une satisfaction pour nous puisque nous, notre rôle n’est pas seulement d’organiser les compétitions. Dans notre projet de développement, il y a la formation sur tous les plans”.

“Nous sommes amplement satisfaits avec ce que nous avons entendu d’Amadou Dia Ba le directeur ce matin.Car il est pleinement dans notre vision de décentralisation des formations et stages pour nos athlètes.Il a annoncé toutes ces grandes décisions…Nous avons démarré notre projet de développement. Et si au plan international nous sommes suivis,c’est une immense satisfaction”, a-t-il affirmé.

Jeannot Kouamé, (président de la FIA), Florence Agbo (première vice-présidente), Sié Poda (le Dtn) et Lucie Akati (Secrétaire technique de la fédération ) ont représenté la fédération au cours de la séance de travail avec Amadou Dia Ba, directeur du centre de développent de l’athlétisme africain de Dakar.

Le centre de développement de l’athlétisme africain de Dakar a participé à l’éclosion de plusieurs athlètes ivoiriens. Au nombre desquels, Amandine Allou Affoué, Sakanoko Makaridja et récemment Marie José Ta Lou et Arthur Cissé Gué.

Miensah.K avec Sercom