Aucune ambition légitime ne peut et ne doit détruire le grand parti politique qui a bâti la Côte d’Ivoire moderne. Le désordre ne ressemble pas et ne rime pas avec le Pdci-Rda. Donc ressaisissez-vous pendant qu’il est encore temps.

Cette gangrène doit être coupée nette. Ce climat délétère ne permet plus à ses personnes de rester à leur poste. Celui qui se sent investi d’une mission occulte pour introduire les machettes, dans nos débats politiques, sa place se trouve chez les microbes, dans leur maison bien connue de tous. Comment peut-on être disciple du président Félix Houphouët-Boigny et se livrer au désordre ? Où avez-vous mis la dignité du Pdci-Rda que nous revendiquons avec beaucoup de fierté ? Pensez-vous qu’après le blocus sur le Président Henri Konan Bédié, est-il normal de lui servir encore votre plat indigne et indigeste ?

Vous savez vous battre avec les armes blanches ? Où étiez-vous donc quand notre maison commune et la résidence du Président Henri Konan Bédié étaient assiégées ? Souvenons-nous du Dircab Narcisse N’dri qui est encore  dans les geôles de la dictature, sans oublier nos jeunes et tous les Ivoiriens qui y croupissent encore pour délit d’opinion. Trop c’est trop ! On dira non, non ! Ça suffit ! On ne peut être devanciers dans le parti du Président Félix Houphouët-Boigny et aimer le désordre.

Président Bédié, prenez vos responsabilités pour faire arrêter l’hémorragie, ce désordre innommable après 75 ans de loyaux services de notre prestigieux et glorieux parti. Ce n’est pas la valeur cardinale que le père fondateur Félix Houphouët-Boigny nous a inculquée et nous a léguée. Il est temps que ce sordide spectacle s’arrête pour le bonheur des intrépides militants que nous sommes. Un réaménagement selon le douzième congrès souverain  et au regard de ce qui se passe est nécessaire, voire s’impose. Il faut appeler toutes ces personnes à d’autres fonctions si elles ne sont plus capables d’animer dans la cohésion et la concorde notre glorieux et prestigieux parti. Dans une période d’incertitude de Covid-19, quel est l’intérêt d’introduire les machettes et gourdins dans l’enceinte de notre maison commune ?

Monsieur le président Henri Konan Bédié, ce spectacle indigne n’est plus acceptable; il a trop duré. Comment le Pdci-Rda qui incarne la sagesse et l’ordre parfait, se laisse-t-il contaminer par le syndrome du Rhdp-unifié politiquement tourné vers une gouvernance cynique du désordre? Oui, on sait que la science dit que ‘‘tout corps qui trempe dans un milieu donné, prend la température de ce milieu’’. Je pense que la seule méthode que nous devrions emprunter de ce parti, c’est d’être en conflit permanent avec le désordre. Le président Félix Houphouët-Boigny nous disait qu’il préfère l’injustice au désordre, car le premier est réparable mais pas le second qui conduit au chaos.

Au moment où on prépare le retour du Président Gbagbo et les autres dignes fils de Côte-d’Ivoire pour la réconciliation et la paix, comment toi Pdci-Rda sur qui repose la fondation de la nation ivoirienne, tu es en train de rompre avec tes valeurs cardinales que sont le dialogue, la réconciliation et la paix ? Nous vous interpellons le Président Henri Konan Bédié. Il est temps de mettre de l’ordre dans le navire Pdci-Rda dont vous êtes le capitaine incontesté.

Quant à vous l’équipage du navire Pdci-Rda, ayez en héritage, les valeurs de l’ordre que nous a inculquée le Président Félix Houphouët-Boigny. Le comité de veille vous rappelle que le désordre n’a pas sa place, encore moins les armes dont notre référent le président Félix Houphouët-Boigny exècre dans son Pdci-Rda.

”Ce comportement est une faute grave qui doit être sanctionnée sans pitié”

Nulle n’est indispensable, tout le monde est utile surtout quand il s’agit de la gestion de la chose publique, voire collective. Ce n’est plus acceptable de regarder les choses se faire en toute impunité. Peu importe d’où le mal ou la faute vient il faut l’arrêter. Le comité de veille conseille la plus haute autorité de notre parti de prendre les mesures idoines, nécessaires  et vigoureuses, car ces personnes tombent sous la rigueur de nos statuts. Il faut tous les appeler à d’autres fonctions pour que ça ne gangrène plus notre parti de manière extraordinaire.

Quant aux militants qui ne veulent plus rester dans la maison du père fondateur, ils peuvent librement partir sans chercher à détruire la maison familiale pour ceux qui veulent encore y demeurer. Il est rappelé à chacun de nous, ceci : ce que vous n’êtes pas prêts à faire dans vos cellules familiales, vous ne pouvez pas le faire dans notre maison commune. Vos ambitions légitimes ne sont pas au-dessus du Pdci-Rda que Félix Houphouët-Boigny et ses compagnons nous ont légué et que nous devons à notre  tour le garder intact et le transmettre de génération en génération jusqu’à l’éternité.

Intrépides et vaillants militants, restez sereins ! Nous ne laisserons personne détruire notre bien  ô combien précieux que nous préservons  jalousement, n’en déplaise les pourfendeurs. Car si nos devanciers avaient eu la posture que vous avez aujourd’hui, pour notre glorieux parti, on n’aurait pas célébré ses 75ans. Les bagarres ou guéguerres rangées, n’honorent ni la mémoire du Président Félix Houphouët-Boigny, ni le Pdci-Rda, mais surtout pas plus que les autorités qui l’incarnent dans  cette situation. Il ne faut plus humilier les vaillants et intrépides militants. C’est dommage pour ce théâtre que nos intrigants se livrent sur la scène politique et sur la place publique pour des égos démesurés !

Le peuple de Côte d’Ivoire qui a une bonne image du Pdci-Rda jusqu’à ce jour, vous regarde.

Vive le Pdci-Rda qui vivra, vivra et vivra !

Le comité de veille

Nestor Koffi