Dans une déclaration rendue publique, les responsables des marchés de produits vivriers ont manifesté leur solidarité aux populations au cours de cette période fortement marquée par la contamination à grande échelle du covid-19. « Les marchés resteront ouverts et seront régulièrement approvisionnés. Les prix également ne subiront pas d’augmentation », déclarent-ils.

Leur déclaration fait suite à une réunion de travail en présence du directeur général du commerce intérieur, du directeur central de l’Office d’aide à la commercialisation des produits vivriers (OCPV) et de Madame le Secrétaire exécutive du conseil national de lutte contre la vie chère (CNLVC).

Après avoir remercié le président de la République et le gouvernement pour les mesures prises en vue de préserver la santé des populations ivoiriennes, les responsables des marchés de produits vivriers ont fait des recommandations dont la teneur tient en 9 points.

Ils souhaitent que l’État communique suffisamment sur la maladie à coronavirus dans les différents marchés et qu’il soit institué le lavage systématique des mains à l’entrée de chaque marché. Ensuite, ils souhaitent qu’il soit institué le port systématique des cache-nez, des gants pour tous les usagers des marchés. Pour ce faire, les responsables des marchés de produits vivriers demandent que l’État facilite l’accès aux gants, aux cache-nez et aux gels hydroalcoolique, et dans la mesure du possible qu’il soit constitué des kits à remettre aux usagers des marchés de produits vivriers.

Puis, ils proposent que le nombre de personne devant chaque étal dans les marchés soit limité à un (1) et que le nombre de fréquentation hebdomadaire dans les marchés, soit réduit à une ou deux fois par semaine. Mieux, ils recommandent que les usagers évitent de se faire accompagner au marché et que des gardiens soient mis à l’entrée de chaque marché pour l’application de ces mesures. Enfin, ils souhaitent qu’une priorité soit accordée aux convois des produits vivriers.

Service de Communication