Alassane Dramane Ouattara et Mamadou Koné ont décidé d’entériner la dictature en Côte d’Ivoire. Hier lundi 14 septembre le conseil constitutionnel sur ordre de la présidence qui aura choisi ses adversaires à la présidentielle a invalidé les candidatures de Laurent Gbagbo, Soro Guillaume, Mamadou Koulibaly.

En octobre 2000, lors de la présidentielle, M. Alassane Dramane Ouattara dont la candidature avait été rejetée pour « nationalité et moralité douteuses », avait dénoncé une dictature en Côte d’Ivoire.

Et depuis la France M. Ouattara avait appelé la communauté internationale à ne pas cautionner une « dictature de manière légale en Côte d’Ivoire ». 20 ans plus tard, alors qu’il est aux affaires et brigue un 3ème mandat inconstitutionnel en éliminant de potentiels candidats dont Guillaume Soro et Laurent Gbagbo, Ouattara s’illustre en le plus grand dictateur du monde. La communauté internationale via la France, les pays d’Afrique et les grandes puissances se doivent de se méfier de ce tyran.

 Et les ivoiriens espèrent seulement que « la communauté internationale saisira cet élément de truquage et que par conséquent toutes les conclusions pourraient être tirées. Il serait inconcevable que les ressources des contribuables français, européens et autres soient utilisées pour essayer de conforter une mascarade et mettre en place une dictature de manière légale en Côte d’Ivoire ».

Pour mémoire, depuis son immixtion dans la sphère politique ivoirienne, M. Dramane Ouattara a rejeté au moins 3 décisions du conseil constitutionnel. Entre le 6 octobre 2000 lors de la présidentielle, le 4 décembre lors des législatives et en décembre 2010 au terme de la présidentielle qui l’avait mis aux prises Laurent Gbagbo dont le conseil constitutionnel avait pourtant donné vainqueur.

Benedictus Elysée K.