Les jeunes de l’Afrique subsaharienne âgés de 30 ans pourront désormais se tourner vers NESTLE pour des questions d’emploi. Cette société, pour accompagner le processus de l’emploi des jeunes, a mis en place une alliance régionale dénommée ‘‘All for Youth’’ dont le lancement a été fait le 30 octobre par le Touré Mamadou, ministre de la promotion de la jeunesse et de l’emploi des jeunes.

Le siège du patronat ivoirien sis à Abidjan Plateau a abrité la cérémonie de lancement du programme qui a réuni plusieurs entreprises partenaires qui exercent sur le continent africain. Ce programme  est dédié uniquement aux jeunes âgés de 30 ans issus de l’Afrique du Sud, de l’Angola, de la Côte d’Ivoire, du Ghana, du Nigéria et du  Sénégal. Il vise à l’identification et la mise en œuvre collective des solutions en faveur de l’insertion des jeunes.

Parrain de la rencontre, le ministre ivoirien en charge de la jeunesse a réitéré la volonté du gouvernement d’accompagner l’insertion des jeunes. Touré Mamdou a appelé la jeunesse ivoirienne à s’approprier l’initiative.

Pour le directeur général du groupe NESTLE, Thomas Caso, la question de l’emploi des jeunes est d’autant plus complexe que préoccupante qu’il faut s’attaquer à la racine du problème. Il a annoncé qu’après la Côte d’Ivoire, ce sera au tour de l’Angola  (31 octobre 2019) puis de l’Afrique du sud (04 novembre 2019).

Chef de marché NESTLE Afrique centrale et de l’Ouest, Remy Ejel, souligne qu’un constat s’impose dans la plupart des pays africains, celui donc de la majorité des jeunes. Pour lui, l’emploi des jeunes en Afrique est un immense défi. «Investir dans la jeunesse est fondamental pour le futur des communautés résilientes et florissantes», a fait savoir M Ejel. Il a ajouté que la question de l’insertion des jeunes en Afrique subsaharienne devrait être perçue mieux comme une opportunité à saisir. Parce qu’il reste convaincu que l’Afrique subsaharienne peut être pourvoyeuse de main d’œuvre mondiale.

Remy Ejel estime que les jeunes africains n’ont pas seulement besoin d’emploi, mais ils doivent être capables d’en créer. Sur ces entrefaites, il invite  tous les acteurs du secteur public et privé à conjuguer leurs efforts afin d’accompagner l’insertion des jeunes. Des panels et échanges ont par ailleurs meublé l’évènement.

Emélis Gooré