Dix-sept (17) millions de personnes dans le monde meurent de maladies cardiovasculaires par an. Face à ce désastre, des opérateurs de l’industrie agroalimentaire dont NESTLE tentent d’y apporter une solution rapide.

NESTLE, en collaboration avec le programme national de lutte contre les maladies métaboliques et prévention des maladies non transmissibles a initié jeudi 26 septembre 2019 à Abidjan, un colloque. L’objectif est de contribuer à la recherche des solutions pour l’amélioration de la santé des populations.

Cette rencontre de haut niveau qui se déroule, en prélude à la journée mondiale du cœur prévu le 29 septembre prochain, a réuni près d’une centaine de professionnels de la santé issus de la Côte d’Ivoire, de la Guinée et du Sénégal. La Carence en maladies cardiovasculaires, macro et micro nutriments, sport et santé sont autant de sujets qui  ont été débattus au cours des panels qui ont meublé ce colloque.

Situant le cadre de la rencontre, le directeur général de NESTLE Côte d’Ivoire, Thomas Caso a, relevé la volonté de son entreprise, à renforcer les capacités des prestataires de santé de l’espace ouest africain en vue de relever les défis de la nutrition et contribuer significativement à la réduction de la mortalité liée aux maladies cardiovasculaires.

Sur cette lancée, Thomas Caso a indiqué qu’en 2017, NESTLE a renforcé 5,7 millions de ses produits en fer et réduit de 10% en sel, les produits d’assaisonnement. Au nom des panelistes, le professeur Younoussa Ballo de la Guinée-Conakry, a fait savoir que 80% des problèmes cardiovasculaires sont dus aux mauvaises habitudes alimentaires.

Il a estimé que la question de la santé ne doit pas être perçue seulement comme l’affaire du médecin et de l’infirmière mais plutôt l’affaire de tous. Pour lui, une meilleure gouvernance en santé requiert une prise de conscience et une responsabilisation de tous les acteurs sociaux.

Dans la foulée, le représentant de SUN a fait savoir que ce colloque aura des retombées certes positives pour toutes les populations de l’espace sous-régional. « Ce colloque a atteint ses objectifs avec de nombreuses pistes de solutions que nous avons pour nos populations» a-t-il conclu.

Emélis Gooré