La politique en Côte d’Ivoire reste un véritable jeu de sorcellerie. Les alliances se font et se défont selon les intérêts et les circonstances.

Aujourd’hui nombre d’observateurs politiques ne comprennent pas l’attitude du vice-président Ivoirien Daniel Kablan Duncan face à la ‘‘dislocation’’ presque du Rhdp (le rassemblement des houphouetistes pour la paix). Le Pdci a subi trop de frustrations de la part du pouvoir en place.

Récemment un nombre pléthorique de ses cadres ont été démis de leurs fonctions. Nous avons entre autre l’inspecteur général de l’Etat Niamien N’goran (limogé pour défaite lors des législatives à Daoukro) remplacé par un proche de Duncan M. N’ doli Théophile. Même s’il est cadre du parti septuagénaire. Le fils de Bédié a été relevé de ses fonctions à la présidence.

Et se retrouve à la primature. Replié à Paris, N’zuéba observe la scène politique en cours dans son pays.  Il faut signaler que la cause du véritable désamour entre Bédié et Alassane est  le rapprochement et surtout l’accueil de Soro Guillaume à Paris par Bédié. Or ce dernier est accusé à tord où à raison de fomenter un coup d’Etat contre le régime d’Abidjan.

La prolongation du séjour de Bédié à Paris est considérée d’un mauvais œil par le pouvoir en place. C’est pourquoi le 23 juillet le régime a dépêché auprès de celui-ci une délégation dont Duncan  faisait partir. Leur mission, convaincre Bédié de renter au bercail. Acceptera t-il ? Pour le moment c’est un silence radio du côté du Sphinx de Daoukro.

Mais l’acte que Duncan vient de poser est considéré comme une trahison par une partie des cadres du Pdci. Ils interprètent cela comme un homme à la solde de Ouattara. Pouvait-il en être autrement ?

On ne mord pas la  main qui vous donne à manger

Ce qui est considéré par d’autres cadres comme une trahison est vu par certains comme un acte de reconnaissance. Cela a été prouvé par un giga meeting organisé par Duncan dans sa ville natale à Grand Bassam, il y a deux semaines, meeting qui a eu un franc succès malgré un temps pluvieux.

Duncan vient de loin, avant l’avènement de Ouattara au pouvoir, il a traversé des moments pénibles selon les habitants de son ancien quartier à Angré. Sa nomination et son ascension ont été une véritable bouffée d’oxygène pour lui. Aujourd’hui, il est le vice-président de la Côte d’Ivoire même s’il n’y a pas de local pour la vice-présidence.

Et tout cela grâce à son ami de longue date Ouattara. Qui auparavant l’avait déjà ministre de l’économie et des finances lorsqu’il travaillait dans le gouvernement de feu Félix Houphouët Boigny. Il en découle quel ‘opinion ne doit pas compter sur Duncan pour mordre la main de son bienfaiteur. A bon entendeur, salut !

JC DELI