La rencontre entre les présidents Bédié et Ouattara a-t-elle mis fin au mot d’ordre de désobéissance civile et de la contestation de l’élection d’Alassane Ouattara ? On peut répondre par la négative si l’on se fie à la déclaration de la jeunesse de la plateforme des partis politiques de l’opposition et de la société civile dont Valentin Kouassi est le porte-parole.

« C’est le lieu de rappeler qu’un groupe d’imposteurs s’est permis de déclarer hier (jeudi 26) au cours d’une conférence de presse la fin de la désobéissance civile. Nous voulons vous affirmer ici et maintenant que ce monsieur est un usurpateur. Il n’a donc ni la qualité, ni la compétence pour parler au nom de la société civile encore moins au nom de l’opposition », a dénoncé Valentin Kouassi au nom de la jeunesse de la plateforme des partis politiques de l’opposition et de la société civile.

Et de préciser que « jamais, nos leaders ne nous ont instruit sur un quelconque mot d’ordre en dehors de celui en vigueur depuis le 20 septembre 2020, à savoir la désobéissance civile (…) Le mot d’ordre de désobéissance civile lancé par le président Henri Konan Bédié est et demeure en vigueur », persiste le président de la jeunesse urbaine du Pdci-Rda.

« Chers jeunes des partis politiques, le sang versé de nos camarades doit nous galvaniser. Nous devons leur démontrer que le sacrifice de leur vie n’a pas été vain. Le combat continue donc, et ce, jusqu’au respect de la Constitution par Alassane Ouattara ».

Fidès Symphorien