Maurice Kakou Guikahué, secrétaire exécutif du Pdci-Rda a eu une séance de travail avec le personnel politique de sa formation politique. Au cours de celle-ci, le cardiologue s’est attaqué au bilan de M. Ouattara qu’il a jugé de bilan « bancal ».

C’est à la fois un agréable devoir et une immense joie pour moi de me retrouver parmi vous, ce samedi 3 octobre 2020, par ce rassemblement des responsables politiques de base de notre parti, pour préparer le « meeting referendum » qui regroupera le 10 octobre 2020, tous ceux et toutes celles qui sont en désaccord avec le 3ème mandat du président Alassane Dramane Ouattara et qui exigent des élections justes, transparentes, inclusives et crédibles.

Avant tout autre propos, je voudrais au nom du Secrétariat Exécutif du parti et en mon nom propre, vous transmettre les salutations militantes et les encouragements de SEM Henri Konan Bédié, président du Pdci-Rda et candidat du Pdci-Rda, à l’élection présidentielle du 31 octobre 2020.

Qu’il me soit permis de vous réitérer les félicitations du président du parti pour votre contribution inestimable au succès de la cérémonie d’Investiture du président Henri Konan Bédié, notre candidat, tenue à Yamoussoukro, le 12 septembre 2020. Pour ma part, je voudrais me réjouir de cette forte présence du personnel politique du District d’Abidjan que sont les Délégués départementaux et communaux, les Secrétaires de section, les Présidents des Comités de base, les Présidentes des UFPDCI et les Coordonnateurs des JPdci.

(…) Je voudrais profiter de l’occasion qui m’est ainsi offerte pour féliciter les Délégués départementaux et communaux pour le travail quotidien de fourmis accompli, pour le rayonnement de notre parti avec à leur tête le Secrétaire Exécutif chargé des sections, des délégations départementales et communales. Bravo, intrépides secrtéiarezs de de section, infatigable présidents de comité de base, amazones des Ufpdci et voltigeurs des Jpdci ! Messieurs les Maires, merci pour l’organisation pratique de ce rassemblement.

Chères frères et Chères sœurs, Militantes, Militants,

À cette période de l’année, après les conventions éclatées électives qui ont plébiscité le président Henri Konan Bédié comme candidat de notre parti, à l’élection présidentielle d’octobre 2020 (99,67% des suffrages exprimés) et la brillante et mémorable cérémonie d’Investiture du candidat Bédié Konan Aimé Henri, le 12 septembre dernier à Yamoussoukro, notre rencontre de ce matin devait être une revue des troupes d’Abidjan pour l’assaut des bureaux de vote, le 31 octobre prochain. Hélas, notre rassemblement de ce matin est plutôt motivé par la gravité de la situation politique délétère du pays caractérisée par la tentative de passage en force du régime Rhdp unifié qui refuse toute idée de dialogue.

Nous sommes aujourd’hui confrontés à une commission électorale indépendante qui n’est indépendante que de nom, un conseil constitutionnel discrédité et une candidature illégale, anticonstitutionnelle du président Alassane Dramane Ouattara, pour un 3ème mandat. Après une analyse sérieuse de cette situation, les leaders des partis politiques de l’opposition ont au cours d’une rencontre, le dimanche 20 septembre 2020, lancé le mot d’ordre de désobéissance civile. Quelles sont les exigences de l’opposition politique ivoirienne. Ce sont:

  • Le retrait de la candidature de Monsieur Alassane Dramane Ouattara, qui est au terme de son deuxième mandat, à l’élection présidentielle du 31 octobre 2020, pour se conformer ainsi à la constitution qui lui interdit un troisième mandat;
  • La dissolution du conseil constitutionnel actuel en vue de la mise en place d’une juridiction véritablement impartiale et qui s’attache à dire le droit, rien que le droit;
  • La dissolution de l’actuelle commission électorale indépendante (Cei) en raison de son inféodation évidente au régime Rhdp unifié et la mise en place d’un organe électoral consensuel, véritablement indépendant et impartial, capable d’organiser des élections justes, transparentes et crédibles ;
  • L’audit international de la liste électorale issue de l’enrôlement de juin-juillet 2020;
  • La libération de tous les prisonniers politiques, civils et militaires;
  • Le retour sécurisé de tous les exilés sur la terre de leurs ancêtres, avec à leur tête le Président Laurent Gbagbo, le Premier Ministre Guillaume Soro, le Ministre Charles Blé Goudé et le Maire Noël Akossi Bendjo.

Pour rappel, le 6 août 2020, à la faveur du traditionnel message à la Nation, Monsieur Alassane Dramane Ouattara, chef de l’Etat sortant, a annoncé sa candidature pour un troisième mandat en violation de la constitution qu’il a lui-même fait voter en novembre 2016 et reniant ainsi l’engagement qu’il avait pris devant les députés et les sénateurs réunis en congrès, le 05 mars 2020, à Yamoussoukro de ne pas briguer un nouveau mandat. Depuis cette annonce, les populations ivoiriennes, choquées par ce reniement de la parole donnée et soucieuses de préserver la loi fondamentale de notre pays, sont descendues spontanément dans les rues d’Abidjan et celles de la plupart des villes de l’intérieur du pays, pour manifester pacifiquement et dire « Non» à ce projet illégal de Monsieur Alassane Dramane Ouattara.

Ces manifestations pacifiques et légitimes sont réprimées dans le sang par les forces de l’ordre aidées par des miliciens du Rhdp unifié appelés « microbes », armés de gourdins et de machettes. Le bilan de cette barbarie du régime Rhdp unifié fait état de plus d’une trentaine de morts, de nombreux blessés graves, de destructions massives de biens publics et privés. Ces violentes répressions ont été accompagnées par de nombreuses interpellations, voire des enlèvements, avec à la clé l’incarcération de nombreux responsables de l’opposition et de la société civile, notamment Madame Pulchérie Gbalet de l’ACI, Madame Anne Marie Bonifon de Gps et plus récemment, Monsieur Koua Justin, Secrétaire général adjoint du Fpi, actuellement détenu au camp pénal de Bouaké et l’enlèvement de Madame Yobouët Akissi Antoinette, Inspectrice du Pdci-Rda. C’est dans ce contexte de tension sociopolitique, qui fait planer un réel péril sur la Côte d’Ivoire, que le 14 septembre 2020, le Conseil Constitutionnel, a rendu publique la liste définitive des candidats retenus à l’élection du Président de la République du 31 octobre 2020, éliminant 40 des 44 postulants.

Pendant que les candidatures du président Laurent Gbagbo, du président Mamadou Koulibaly, du président Guillaume Soro, des ministres Gnamien Konan, Albert Mabri Toikeusse Abdallah et Marcel Amon Tanoh sont injustement rejetées, la candidature illégale et anticonstitutionnelle de Monsieur Alassane Dramane Ouattara est acceptée. Mais avant cela, le 15 juillet 2020, la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples, par un Arrêt, a ordonné au gouvernement de Côte d’Ivoire d’une part de laisser les partis ou groupements politiques de l’opposition de choisir librement leurs représentants dans la commission centrale et les commissions locales de la Cei et de reprendre les élections des bureaux des commissions locales dans leur nouvelle configuration, avant toute élection.

Le 15 septembre 2020, la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples a ordonné à l’Etat de Côte d’Ivoire de suspendre le processus électoral et d’intégrer le président Guillaume Soro sur la liste électorale. Enfin, le 25 septembre 2020, la même Cour africaine des droits de l’homme et des peuples a demandé par un Arrêt, la réinscription du président Laurent Gbagbo sur la liste électorale. Le président Alassane Dramane Ouattara trouve que ces Arrêts de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples sont nuls et de nul effet et qu’il n’est pas prêt à les exécuter.

En ce qui concerne la Cei, les plateformes AFD et LMP conduites respectivement par Pascal Affi N’guessan et Kabran Appia ont rejoint le Pdci-Rda et les autres partis de l’opposition en suspendant la participation de leurs représentants aux travaux de la commission centrale et des commissions locales. La Cei ne répond plus de ce fait aux critères qui nécessitent sa composition car l’absence des représentants des partis politiques de l’opposition rendent illégales toutes les activités qu’elle pourrait entreprendre.

Vous constatez donc avec nous, que le pouvoir refuse d’organiser des élections justes, transparentes, inclusives et crédibles, le 31 octobre 2020 avec à la clé, la violation de la constitution par la candidature illégale, anticonstitutionnelle du Président Alassane Dramane Duattara. Vous comprenez donc les raisons du mot d ‘ordre de désobéissance civile que nous devons exécuter pour que les conditions acceptables d’élections soient prises et mises en place, avec le retrait de la candidature de Monsieur Alassane Dramane Ouattara. C’est le sens de l’organisation, le samedi 10 octobre 2020, au stade Félix Houphouët- Boigny, du grand meeting de tous ceux et celles qui ne sont pas d’accord avec le 3ème mandat de Alassane Dramane Ouattara, qui veulent le rétablissement des candidatures injustement rejetées, le retour des exilés et la libération de tous les prisonniers politiques civils et militaires.

Nous devons donc être nombreux, envahir tout le Stade; les gradins et l’aire de jeu; c’est à dire la pelouse pour montrer au monde entier que nous sommes les plus nombreux. C’est un meeting de toute l’opposition mais cela constitue un entraînement pour nous ; car c’est dans ce stade mythique que nous prévoyons le meeting de clôture de la campagne de notre candidat, BÉDIÉ KONAN HENRI AIME. Nous vous avons donc appelés pour vous dire que le Rassemblement du Stade HOUPHOUET- BOIGNY est très déterminant. De sa réussite dépendront l’envergure et l’efficacité de toutes les actions pacifiques et non violentes de désobéissance civile que nous devrions exécuter jusqu’à la satisfaction totale de nos exigences.

Je ne saurai terminer mon propos non sans vous avoir touché un mot de l’actualité politique de notre Parti; l’exclusion de Monsieur KOUADIO Konan Bertin dit KKB, du Parti et sa suspension de toutes les activités du PDCI- FDA. Son dossier a été transféré au prochain congrès du Parti qui statuera en application des Statuts du PDCI- RDA. Donc soyez vigilants, ni KKB ni ses envoyé(e)s ne doivent parler au nom du PDCI- RDA. La décision du Conseil de Discipline et du Bélier emporte pour KKB, à compter du vendredi 2 octobre 2020; l’interdiction de se prévaloir de la qualité de membre du PDCI-RDA, d’user du logo et des armoiries du PDCI-RDA. Cette décision du Conseil de Discipline et de l’Ordre du Bélier permet ainsi de clarifier les choses et d’empêcher toute confusion sur le terrain.

Chères Militantes, Chers Militants, Qui a fait élire Ouattara en 2010. C’est Henri Konan Bédié !!! Qui a fait élire Ouattara en 2015. C’est Henri Konan Bédié.!!! Si Bédié vous a demandé d’élire Ouattara à deux reprises et qu’il a été élu. Lui- même Bédié s’il est candidat, il sera…Élu. Tu dis que tu as un bilan inattaquable et tu es chaud sur la CEI. Si ton bilan est inattaquable, donnes la présidence de la Cei sans crainte à Bédié et tu le battras. Mais si tu veux contrôler la Cei, c’est que ton bilan est bancal!!!! Je vous remercie pour votre attention soutenue.

Fait à Abidjan, le 3 octobre 2020

Pr. Maurice Kakou Guikahué

Secrétaire Exécutif du Pdci-Rda

Directeur Principal de Campagne

du candidat Henri Konan Bédié