(L’Héritage)-Les hommages posthumes au premier ministre Hamed Bakayoko, décédé en Allemagne le 10 mars 2021 dans sa 56ème année se poursuivent. Membres du gouvernement, directeurs généraux, artistes et autres citoyens à quelque degré témoignent de la générosité légendaire de l’ex maire d’Abobo. Tant ces témoignages sont de preuves de l’humanisme qui habitait le chef du gouvernement, tant ceux-ci dévoilent de secrets au sein du Rhdp.

Il y a une réelle crise qui secoue le Rhdp d’Alassane Ouattara. Depuis la mort du Golden Boy des suites d’un cancer fulgurant, selon les sources officielles, des secrets jamais révélés au sein du Rhdp sont étalés au goût jour. Chaque jour a son lot de mystère dévoilé. Dans une communication dans un journal proche du pouvoir, c’est Adjoumani Kobénan, ministre de l’agriculture par ailleurs transfuge du Pdci-Rda qui a dévoilé les mésententes au sein du Rhdp dues à la question de succession. Le président du Rhdp qui n’a pas su négocier sa succession a laissé une porte ouverte aux ambitions personnelles des cadres et militants. Ce qui a causé en toute vraisemblance l’organisation de clans. Contrairement à ce que ces derniers tentent de faire avaler l’opinion publique, le Rhdp est dans une posture de déflagration. Et la mort d’Hamed Bakayoko a semblé augmenter la colère chez les partisans.

A l’annonce de cette subite disparition, les populations de Séguéla ont bruyamment manifesté dans les rues pour exprimer leur indignation. Avant même de promettre l’enfer au Rhdp qui a n’a que fait trop de victimes. L’appel du ministre Adjoumani Kobénan invitant les militants à faire bloc autour du ‘‘dieu’’ du Rhdp n’est pas fortuit. « Taisons nos égos pour faire corps avec le président Ouattara. Ne cédons pas au chant de sirène », a lancé celui qui se fait appeler le ‘‘haut-parleur’’ du Rhdp. Au Rhdp, c’est un secret de polichinelle, quand ils sont incapables de régler leurs crises ils ont cette facilité désastreuse de chercher les noises chez le voisin ; alors qu’ils sont seuls à être en position de force. Adjoumani, dans sa lancée n’a pas trouvé de gêne pour accuser l’opposition d’être l’instigateur de leurs malheurs. « L’opposition veut nous atteindre… » A-t-il dit.

En dépit de la sérénité que semble avoir Alassane Ouattara et les siens, le Rhdp est gravement secouée par une crise de confiance et de positionnement. Et sur ce point, les ivoiriens ne sont pas dupes.

Profond malaise au sein du Rhdp

D’ailleurs, le magazine J.A évoque dans sa parution du lundi 21 mars 2021, le malaise qu’il y avait entre Hamed Bakayoko et le pouvoir qu’il aura servi et défendu avec loyauté et obséquiosité. Selon le canard, loin de ce qu’il se racontait, Hamed Bakayoko n’a jamais été cet enfant choyé du couple Ouattara. Ce droit a toujours été à Téné Birahima Ouattara, le frère cadet du chef de l’Etat qui détient à la vérité, toutes les prérogatives de la défense qu’occupait à titre figuratif, Hamed Bakayoko. Jeune Afrique explique que « dans le camp présidentiel, la percée du Golden Boy dans l’ordre protocolaire était vue d’un mauvais œil ». Le malaise va s’agrandir quand, toujours selon le magazine panafricain, Hamed Bakayoko a été nommé premier ministre en remplacement de Gon Coulibaly décédé quelques jours plus tôt.

Jeune Afrique informe que Hamed Bakayoko a été nommé par dépit car plusieurs cadres du parti du chef de l’Etat proches du défunt Amadou Gon Coulibaly ne le voulaient pas à cette haute fonction. Contre toute attente, le ministre de la défense ne sera qu’un simple premier ministre réduit aux cérémonies d’inauguration et de pose de première d’infrastructures achevées ou connaissant un début d’exécution. Sous Hamed Bakayoko, la primature a été « rognée de la majorité des prérogatives économiques » au profit d’un Patrick Achi qui a la pleine confiance de la fratrie Ouattara. De mêmes sources, le défunt chef du gouvernement n’était pas content de cette situation et ne le cachait pas.

Selon le confrère, Hamed Bakayoko a été mis sur écoute par ceux pour qui il aura consenti tant de sacrifices. « Sur écoute, ses faits et gestes épiés, le Golden Boy, prétendant à la succession de Ouattara savait qu’il était surveillé comme du lait sur du feu. Il avait une longueur d’avance. Mais n’ignore pas qu’à la moindre erreur, rien ne lui sera pardonné ». Voilà qui est net et clair. Le volcan est prêt à faire irruption dans la case Rhdp. 

Source : L’Héritage