La filière café-cacao est secouée depuis peu par une crise liée aux reports des stocks des campagnes de 2016-2017 avec un dommage de 1,600 milliards de FCfa. Ce jeudi 21 mars, le syndicat national agricole pour le progrès en Côte d’Ivoire (SYNAPCI) vient de suspendre son mot d’ordre de grève.

Ouf, les gestionnaires de la filière café-cacao ont eu froid dans le dos jeudi 21 mars. En effet, partis pour un sit-in devant la Caistab au Plateau, des acteurs du secteur réunis au sein du syndicat national agricole pour le progrès en Côte d’Ivoire (SYNAPCI) ont tenu une conférence de presse dans les locaux de la maison de la presse d’Abidjan. L’objectif étant de lever leur mot d’ordre de grève pour donner une «chance aux négociations» menées par le comité national de réflexion des producteurs de café-cacao (CNRPCC) auprès des autorités de gestion de la filière.

En effet, une ordonnance Nº2011-481 du 28 décembre indiqué que le processus de valorisation des stocks ne concerne que les exportateurs et broyeurs. Le CNRPCC demande toutefois au conseil du café-cacao, la mise en place d’une campagne d’explication dudit texte auprès des producteurs. Le comité souhaite que des réflexions soient menées en vue de prendre compte toute la chaîne de valeur.

Le Directeur général du conseil café-cacao semble avoir pris conscience de l’importance de la revendication des producteurs, qui toutefois leur à promis d’accompagner toutes les associations et organisations professionnelles à la mise sur pied du collège des producteurs mais également de l’inter-profession. Tout est bien qui finit bien !

Séraphin Kouamé