Les alliances en politique se font et se défont. Ceci n’est un secret pour personne. Mais un seul individu qui fait alliance avec tous les autres et finit toujours seul, dans ce cas, il y a un grave problème. En Côte d’Ivoire, les ivoiriens se demandent si ce n’était pas le Rdr qui est le problème.

Il y a vingt-cinq (25) ans, le rassemblement des républicains (Rdr), dont Alassane Ouattara présides les destinées, et le Front populaire (Fpi) de Laurent Gbagbo, dans leur conquête du pouvoir, tissaient une alliance pour faire tomber le régime Pdci-Rda, alors aux affaires. C’est ainsi que naquît ce qu’ils ont eux-mêmes convenu d’appeler le front républicain. Deux désormais alliés qui partagent les mêmes visions. D’ailleurs, ils furent tous deux de la gauche. L’un républicain (Rdr) et l’autre socialiste (Fpi). Tout allait très bien entre les deux ‘‘amoureux’’ politique jusqu’en 1999. Les relations entre les deux parties s’étriqueront après le premier coup d’état perpétré en 1999 par des militaires. En effet, après le coup d’état qu’ils avaient salué d’ailleurs, chacun voulait en être le meilleur bénéficiaire.

Le Rdr qui en demanadit assez trop a été écarté par le patron de la junte militaire, le général Robert Guéï. Meurtri dans l’âme, le Rdr avait sans l’avoir murmuré, juré de faire la peau au Fpi et au général. En 2000, avant les élections présidentielles, le Rdr avait désespérememnt tenté de se rapprocher du Pdci-Rda. Peine perdu. En 2002, la Côte d’Ivoire se retrouve dans une rébellion armée. Dans une perspective de recherche de la paix, des négociations engagées entre les acteurs politiques ivoiriens. C’est alors qu’en 2005 (le 18 mai précisément), Henri Konan Bédié (Pdci-Rda), Alassane Ouattara (Rdr), Paul Akoto Yao (Udpci), Innocent Anaky Kobenan (Mfa) se sont engagés à mettre en place une plateforme. Selon des sources non formelles, c’est le Rdr qui sollicite cette nouvelle alliance.

Alors, le président Bédié appelle cette nouvelle plateforme, Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (Rhdp) en France. Les forces nouvelles de Guillaume Soro rejoindront cette coalition plus tard. Cette alliance a tout aussi bien fonctionné jusqu’à l’arrivée du Rdr, incarné par Alassane Ouattara au pouvoir en 2010. A peine installé que le Rhdp connait déjà sa première défection. Il s’agit de Innoncent Anaky, le président fondateur du Mfa originel.

‘‘Le Rhdp réduit à sa portion congrue’’

Mais des divisions internes orchestrées par le patron du Rdr a fini par emporter Anaky Kobéna à qui le parti est arraché. En 2018, c’est le principal allié, le Pdci-Rda, dont le président avait appelé les militants à réélire le chef de file du Rdr en 2015 qui se sépare d’Alassane Ouattara. Il sera suivi par Guillaume Soro, son poulain. Le Rdr, vient de se séparer définitivement d’un autre allié, l’Udpci le mercredi 13 mai. Selon l’Écrivain-Journaliste Bayo de Bayo qui a réagi via sur les réseaux sociaux, le Rdr est réduit à sa portion congrue.

« À l’origine, le Rhdp au pouvoir était composé de 3 grands partis traditionnels et deux petits partis presque invisibles sur le terrain : Rdr, Pdci, Udpci, Mfa, Pit, Upci. Comme dans un ménage avec un hérisson, la cohabitation n’a visiblement pas été facile. Et le parti au pouvoir tend à se réduire inéluctablement à son Rdr de départ. D’autres défections sont à craindre. Mais sans gêne ni honte ni remise en question des défenseurs du régime. Comme un cheval limité dans sa vision par des œillères ». A l’étape des choses actuelle devrions-nous nous interroger si c’était le Rdr qui constitue le problème ?

Source: L’Héritage