Laurent Gbagbo a depuis belle lurette, réussi à forcer l’admiration de nombreux ivoiriens. Celle-ci a été renforcée au cours du second quinquennat d’Alassane Ouattara. Le régime dirige à tour de bras le pays, envoyant les uns et les autres soit en prison soit en exil.

Et la vie devient de plus en plus compliquée et invivable. Exaspérées de cette situation des populations d’Abobo et de l’intérieur du pays ont même scandé en malinké « Gbagbo ka fissa ». Ce qui peut bien signifier « Laurent Gbagbo est mieux ».

Acquitté de toutes les charges criminelles par la Cpi et rentré au pays, l’ancien président de la République, a entrepris des rencontres avec ses adversaires d’hier. D’abord avec Henri Konan Bédié, puis avec Alassane Ouattara (le 27 juillet). Avec l’actuel occupant du palais présidentiel, Laurent Gbagbo a parlé de la remise en liberté de tous les prisonniers de la crise de 2010-2011 et des prisonniers d’opinions.

Cette qualité de l’ex président de la République n’a pas laissé indifférent, l’opposant Gnamien Konan, député de Botro. Pour lui, Laurent Gbagbo est un vrai homme de paix et de réconciliation.

« Pour moi, Gbagbo est un homme de paix. Définitivement ! Avec une constance extraordinaire. Tout ça me rappelle un peu les accords de Ouaga mars 2007, les flammes de la paix juillet 2007. Je suis d’accord avec lui ».

Gnamien Konan président du parti politique Côte d’Ivoire Nouvelle justifie qu’il n’y a que « les médiocres qui prospèrent » sans la paix.

Ghislain Coulibaly