La scène se passe dans un campement dans la sous-préfecture de Man (ouest de la Côte d’Ivoire). Inhumé il y a trois (03) ans, la tombe d’un ex instituteur a été profanée. Le crâne, le cœur et le sexe du défunt lui sont arrachés.

Gondo Fabrice 28 ans et Diomandé Abou 32 respectivement mécanicien et ramasseur de poubelle sont passés aux aveux devant le week end au tribunal de Man après avoir été appréhendés à la suite d’enquête minutieusement menée par la police criminelle de la cité des montagnes.

Les perquisitions permettront aux policiers de découvrir au domicile de Gondo Fabrice, le crâne, le sexe et le cœur de l’ex instituteur. De ses aveux, il voudrait être un guérisseur au service des personnes en difficultés. D’où des supposés génies lui auraient demandé de se procurer de ces parties d’un cadavre humain.

« Je voulais être comme lui (l’enseignant qui fut un homme sage, humble et gentil), raison pour laquelle je me suis emparé de sa tête qui me donnera le pouvoir de guérison. Car elle (sa tête) a été réclamée par mes génies pour réussir tous les paris qui se dresseront devant moi », a confessé Gondo Fabrice devant les juges et l’assistance.

Diomandé Abou quant à lui s’est défendu que son acolyte lui avait demandé de l’aider à porter son bagage. « C’est arrivé sur les lieux que j’ai su que nous devrons poser cet acte. Etant devant les fait accomplis, j’ai été obligé de contribuer à cet ignoble acte », a justifié Diomandé Abou.

Le parquet a requis à leur encontre 24 mois d’emprisonnement ferme assortis d’un million d’amende et de 10 ans de privation de leurs droits.

AK