Il se tient à Abidjan (Côte d’Ivoire) au Golf hôtel, du mercredi 17 au jeudi novembre 2021, la 2ème conférence internationale de la mangue autour du thème ‘‘défis, opportunités, marchés et perspectives de la mangue fraîche et transformée de Côte d’Ivoire à l’horizon 2030’’.

Organisée conjointement par l’Interprofession de la mangue de Côte d’Ivoire (l’Inter-mangue) et la Fédération allemande du commerce d’exportation, ces assises ont pour but de réfléchir sur la contribution de la recherche et de l’innovation technologique pour la conservation et la transformation durable de la mangue, examiner les principaux mécanismes appropriés de financement de la filière en Côte d’Ivoire, identifier les leviers pour relever les défis de la commercialisation de la mangue fraîche et transformée de Côte d’Ivoire d’ici à 2030 et renforcer le partenariat nord-sud et sud-sud au niveau de la filière.

Ouvrant la conférence qui s’inscrit dans le cadre du projet Partner Afrika, Adjoumani Koffi, représentant le ministre de l’agriculture et du développement rural a relevé les difficultés liées à cette filières. « Les problèmes de la filière mangue résident notamment dans les importantes pertes post-récolte estimées à plus de 30%, voire 40% et occasionnée par les principaux parasites dont la plus redoutable est la mouche des fruits; l’insuffisance des techniques de conservation sur toute la chaîne; un marché local non organisé ou mal structuré ; un taux de transformation qui demeure faible ».

Il a estimé qu’avec la qualité des experts invités à ces assises, cela permettra de prendre des résolutions idoines pour le développement de la filière mangue de Côte d’Ivoire.

Pour Pascal Nembelessini Silué, président de l’Inter-mangue, il faut une restructuration de la filière qui passera nécessairement par une « formation technique au métier d’agriculteur, au métier de transformateur et au métier de commerçant ». A cette formation technique, devra s’adjoindre, selon lui, une formation managériale. Les acteurs de la filière souhaitent de tous leurs vœux qu’un conseil de gestion agricole soit dédié à la filière mangue dans le programme des conseils régionaux ou agricoles. « Toutes ces actions portées par l’Inter-mangue ont pour but d’améliorer les conditions de vie des acteurs, de réduire la pauvreté dans le milieu, de créer des emplois pour les femmes et les jeunes », assure le président de le l’Inter-mangue.

Ingo Herbert, Ambassadeur de la République fédérale d’Allemagne a réitéré le soutien de son pays  à l’ensemble du monde rural de ces pays. « Il s’agit pour nous d’accompagner la Côte d’Ivoire dans ses différents projets et actions de développement. La mangue est le 2ème fruit exporté qui rapporte des revenus indispensables dans la balance économique ivoirienne. Ce fruit fait vivre à lui seul, plusieurs milliers de producteurs avec un potentiel généré des dizaines d’emploi notamment pour les femmes et les jeunes ».

La conférence inaugurale, portée sur le thème ‘‘quels financements de l’Etat de Côte d’Ivoire pour la filière mangue de 2021 à 2030 pour les axes production, transformation et commercialisation ?’’ a été prononcée par Dr Ackah Angniman, conseiller spécial du premier ministre ivoirien.

Bosco de Paré