(ShareAmerica)-Des érudits du monde entier qui ont participé au programme Fulbright du département d’État mettent à profit leur savoir-faire pour aider leurs collectivités pendant la pandémie du covid-19.

Le programme Fulbright, qui a conclu des accords avec plus de 160 pays, donne à des étudiants, des intellectuels, des enseignants, des artistes et des scientifiques de tous horizons l’occasion de contribuer à la recherche de solutions à des problèmes internationaux communs.

Elvis Rivera est professeur de sciences dans un établissement d’enseignement secondaire de San Pedro de Copan, au Honduras. En 2014, il a suivi le programme Teaching Excellence and Achievement et, en 2018, le programme pour les étudiants étrangers.

Pendant ses études à l’université de Syracuse, dans l’État de New York, Elvis Rivera a visité les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies à Atlanta, où il a assisté à une présentation sur la santé publique par le médecin épidémiologiste William Foege. « Je me dis qu’en apportant mon aide aux travailleurs de la santé publique dans mes communautés, je rends hommage au docteur Foege », a déclaré M. Rivera.

Ces visières, fabriquées à partir de matières plastiques recyclées et d’acide polylactique, ont été créées sur une imprimante 3D. (Photo offerte par Elvis Rivera)

Depuis le début de l’épidémie de covid-19, Elvis Rivera a fabriqué à lui seul 44 visières de protection, en utilisant seulement 2 kilos d’acide polylactique brut et de plastique recyclé.

Il explique qu’il lui a fallu environ deux heures un quart pour fabriquer chaque écran facial, ce qui comprend le temps passé pour faire fondre des bouteilles de soda. Il a fait don de ces écrans au personnel médical travaillant au centre de la santé publique de Cucuyagua, sa ville natale, et à celui de San Pedro de Copan. « Certains employés de l’hôpital de la ville la plus proche ont eux aussi reçu des visières », ajoute-t-il.

Le docteur Ashish Goel a obtenu une bourse Fubright-Nehru d’excellence academique et professionnelle*, ce qui lui a permis de préparer un master en santé publique à l’université Johns Hopkins, à Baltimore (Maryland). Il s’est spécialisé dans l’épidémiologie et la biostatistique et « est devenu un professeur plus compétent, un chercheur plus performant avec une compréhension plus approfondie de l’épidémiologie et un meilleur sens de l’analyse biostatistique », souligne-t-il.

Le docteur Ashish Goel (à droite) avec des collègues à l’hôpital Guru Teg Bahadur, à New Delhi. (Photo offerte par Ashish Goel)

Aujourd’hui, dans son hôpital public à New Delhi, le docteur Goel dirige le plan de traitement des patients du coronavirus. Son expérience acquise grâce au programme Fulbright l’a préparé à s’attaquer à ce défi, affirme-t-il.

« Non seulement je comprends la maladie beaucoup mieux que si je n’avais pas obtenu cette bourse, affirme-t-il, mais je suis également en mesure de partager cette vision avec mes collègues dans notre hôpital. »

ShareAmerica