(Mediapart)-Après dix ans de procédure dans le dossier Karachi, la Cour de justice de la République (CJR) a relaxé, jeudi 4 mars, l’ancien premier ministre Édouard Balladur mais condamné son ministre de la défense, François Léotard, à deux ans d’emprisonnement avec sursis et 100 000 euros d’amende.

Dans l’affaire Balladur, on croyait qu’il n’y avait qu’une seule équipe, un seul clan, mais il y en avait deux. La Cour de justice de la République (CJR) a séparé le bon grain de l’ivraie, jeudi 4 mars. Elle a relaxé l’ancien premier ministre Édouard Balladur mais condamné son ancien ministre de la défense, François Léotard, à deux ans d’emprisonnement avec sursis et 100 000 euros d’amende.

Mediapart