(Mediapart)-Au terme de 48 heures de garde à vue dans les locaux de la police anticorruption, la femme d’affaires Michèle Marchand, papesse de la presse people et confidente des couples Sarkozy et Macron, a été mise en examen, samedi 5 juin, pour « subornation de témoin » et « association de malfaiteurs » dans un volet de l’affaire des financements libyens. Quatre autres personnes doivent également être présentées au juge.

L’affaire Sarkozy-Kadhafi, qui vaut déjà des mises en examen à un ancien président de la République et trois de ses ministres, est en train d’accoucher judiciairement d’un scandale dans le scandale, sur fond de soupçons de témoignage manipulé et de presse sous influence.

Source : Mediapart