Objectif presque atteint pour Moussa Karamoko (Producteur) et pari réussi pour l’Ivoiro camerounaise, Sophie Dencia, artiste chanteuse qui vient de mettre sur le marché, une œuvre discographique de huit (08) titres dont deux (02) remix.

‘‘Faut pas toucher’’, c’est le titre de cet opus dont la sortie officielle de cet opus est prévue pour le 31 octobre à Abidjan. Dans cet album, s’entremêlent coupé-décalé, afrobeat, zouk et bikutsi. Tous cette sagacité de rythmes pour que « chacun y trouve son gout » selon l’artiste chanteuse.

La production est l’œuvre de 24 Kara Production de cette œuvre qui dénonce des faits de société. Selon Moussa Karamoko, le promoteur, son objectif qu’il s’est assigné, c’est de faire « connaitre » son « artiste ». Il est reste cependant confiant qu’ils sont bien partis pour une très longue aventure.

   Karamoko Moussa le producteur (micro en main), Sophie Dencia (au centre) et Sylvain Oga (à droite)

Quand on lui demande ses commentaires sur la musique ivoirienne en générale (Coupé-décalé, Zouglou etc.) au cours de sa conférence de presse qu’elle a donnée à l’une des résidences privées à Yopougon (l’un des quartiers populaires d’Abidjan), Sophie Dencia dit ne pas « juger l’œuvre de l’esprit ». Pour elle, chacun s’exprime à sa façon.

Dencia n’est pas une novice dans le monde musical. En 2005, elle fait essai en sortant un single intitulé ‘‘Maman’’. Un hommage qu’elle rend à sa génitrice qui lui a permis de vivre. Malheureusement l’œuvre ne sera pas commercialisée.

Férue de la musique, Sophie Dencia récidive en 2010 avec ‘‘Cameroun Girl’’, un maxi single de deux (02) titres. Là aussi, elle n’aura pas le temps de promouvoir l’œuvre car assaillie par les études supérieures.

Bosco de Paré