(Le Parisien)-La Brésilienne de 26 ans, originaire de Bahia, a donné sa version des faits face caméra, mais on sait peu de choses de son parcours.

Peu d’informations ont filtré sur la jeune femme, inconnue il y a encore une semaine. Pourtant, les médias brésiliens et du monde entier ne parlent que d’elle depuis la révélation de sa plainte contre la star brésilienne du PSG Neymar.

Najila Trindade Mendes de Souza, 26 ans, accuse le joueur de l’avoir violée à Paris à l’occasion de son voyage tous frais payés entre le 15 et le 17 mai.

Lire aussi > Ce que l’on sait de la vidéo de sa dispute avec la plaignante

Pour la première fois, le Brésil a entendu sa version des faits mercredi, dans une interview télévisée diffusée sur la chaîne SBT, une heure avant que Neymar n’entre sur le terrain et se blesse à Brasilia dans le cadre d’un match de préparation à la Copa America face au Qatar. Le public a ainsi découvert le visage de celle qui se décrit comme « une personne ordinaire qui travaille et étudie », « aime le sport et la danse ».

Neymar accusé de viol : « Je veux qu’il paie pour ce qu’il a fait »

De Najila Trindade, on sait par ailleurs qu’elle est originaire de l’Etat de Bahia, dans l’est du Brésil, et qu’elle vit désormais plus au sud, à São Paulo. Mère célibataire d’un enfant âgé de cinq ans, la blonde aux yeux bleus se présente comme mannequin. Mais elle ne travaille pas pour une célèbre agence de modèles.

Plutôt active sur Instagram, elle était suivie par plusieurs milliers d’abonnés jusqu’à ce qu’elle désactive son compte après la révélation de son nom et de ses accusations de viol contre Neymar. Les Brésiliens ont également pu la voir dans un clip du chanteur brésilien Zula, un artiste relativement peu connu qui avait fait appel à elle pour son titre « Fogo Cruzado » (Feux croisés, en français).

Elle dément l’existence d’une grosse dette

Au Brésil, plusieurs médias ont également évoqué les soucis financiers supposés de la jeune femme. Le journaliste de SBT, Robert Cabrini, a abordé le sujet avec la jeune femme, évoquant la rumeur selon laquelle elle aurait tenté de se renflouer financièrement en s’en prenant à Neymar. Une version totalement démentie par Najila Trindade.

Si elle reconnaît l’existence d’une dette contractée lorsqu’elle était étudiante, elle en relativise le montant : alors que le chiffre de 26000 réais (5935 euros) circule ici et là, son passif s’élève à 4000 réais seulement (913 euros environ), assure-t-elle. Quant aux accusations de manipulation, Najila Trindade les balaie d’un revers de main : « Il y a plus facile et plus rapide pour rembourser cet argent que tout ce scandale, jure-t-elle. Je n’ai pas besoin de ça. J’ai beaucoup de travail, beaucoup à faire. »

L’agenda de Najila Trindade devrait toutefois être rempli par autre chose que ses activités de mannequin, ces prochains jours. Alors que Neymar est attendu par la police à Rio de Janeiro vendredi pour s’expliquer sur la divulgation de photos intimes de la plaignante sur Instagram, cette dernière doit de nouveau faire une déposition au commissariat à São Paulo. Selon Globo, ce ne sera pas ce jeudi, comme prévu initialement. Victime d’un cambriolage peu après son interview, Najila Trindade a demandé le report de sa convocation au lendemain.

Le Parisien