Le parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci) présidé par Henri Konan Bédié bât de l’aile en ce moment. Il est secoué par une crise de succession menée par les cadres et soutenus par des militants. L’ancien Délégué général de Paris Île de France en appelle dans un communiqué à privilégier les intérêts du Pdci-Rda qui célèbre en ce moment même son 75ème anniversaire.

Le Maître du navire Pdci-Rda a procédé à la mise en place d’un comité politique au sein de la plus vieille formation politique ivoirienne. Celui-ci est dirigé par Allah Kouadio Rémi. Cette décision du président Bédié fait suite à une crise de confiance qui s’est installée entre les responsables de structures et le Secrétaire exécutif en chef, Maurice Kakou Guikahué.

(Re)lire: Interview-Reconquête du pouvoir/ Basile Yao (délégué PDCI France) : ‘‘Le PDCI au pouvoir en 2020, c’est une réalité’’

Pour M. Basile Yao, qui est Membre du Bureau politique, « la légère crise » que traverse en ce moment le Pdci-Rda, est due aux différents échecs çà et là dans son ascension au pouvoir d’état d’une part et aux différentes locales d’autre part. Il en appelle à mettre un terme à ces crises internes. Car le Pdci-Rda, parti de paix, de cohésion sociale, de stabilité où règne la bonne intelligence, « ne peut se permettre un tel dérapage sans que des voix ne se fassent entendre pour appeler à l’apaisement. C’est donc le lieu d’inviter tous les acteurs directs et indirects à faire preuve de courtoisie, de bon ton et de calme afin de « laver notre linge sale en famille ».

Si Henri Konan Bédié est resté « droit dans ses bottes » durant toutes ces difficultés qu’a traversées le Pdci, Basile Yao a appelé toutes les insatnces du parti notamment le Bureau Politique, le Conseil des Sages, les Vice-Présidents, le Secrétariat Exécutif, le Grand Conseil, les secrétaires de Section, les Délégués départementaux, communaux, régionaux et généraux, les comités de base, les militants et sympathisants, les structures spécialisées, JPdci Urbaine, Rurale, estudiantine et les UFPdci, « à mettre balle à terre et à faire confiance au président Henri Konan Bédié pour la tenue du gouvernail Pdci en ce qui concerne les actions, les évènements au sein de notre famille politique ».

« Faisons de nouveau confiance au président Bédié dans le choix des hommes et des femmes concernant l’animation de notre parti pour les échéances futures. L’intérêt supérieur de notre famille politique doit guider tout militant encore plus tout responsable politique du Pdci-Rda. Notre cohésion, notre rassemblement fera la différence et nous apprêtera à revenir aux affaires du pays à une élection transparente, juste, apaisée et équitable. Nous savons pouvoir compter sur la bonne compréhension de tous les militants, tous les sympathisants et responsables politiques de notre prestigieux parti, le Pdci-Rda afin de résorber tous les conflits et vider tous les contentieux pour une nouvelle sérénité dans notre famille politique ».

Catherine Verges