La cérémonie d’hommage au chef de l’Etat, Alassane Ouattara initiée par le vice-président Daniel Kablan Duncan est d’un caractère très intéressé. Le discours de Duncan tenu lors de cette cérémonie le dimanche 02 juin à Grand-Bassam trahit l’intention de l’initiateur.

Le vice-président évoque trois raisons valables pour rendre un tel hommage à Alassane Ouattara. Primo, c’est un hommage personnel à en croire M. Duncan. En effet, le vice-président, en convoquant les populations du Sud-Comoé à Grand-Bassam, il s’agissait pour lui donc de célébrer une quarantaine d’années d’amitié avec Alassane Ouattara.

« A titre personnel, c’est un sentiment de très profonde gratitude qui m’habite d’avoir à servir notre pays, aujourd’hui encore, en qualité de vice-président de la République, sous la haute égide de ce grand homme d’Etat. Et cela, après que nos chemins se sont rencontrés il y a  plus de 40 années ».

Secundo, « la région du Sud-Comoé est l’une de celles qui bénéficie de la nomination d’un grand nombre de cadres à de hautes responsabilités au niveau de l’Etat ; cela seul suffit pour dire et redire merci au président de la République » soutient M. Duncan.

Et enfin tertio, les importantes infrastructures réalisées par Alassane Ouattara dans la région du Sud-Comoé dont celle du tout premier laboratoire d’analyse d’ADN qui redonne les lettres de noblesse à Grand-Bassam et partant à toute la région.

Pour Daniel Kablan Duncan, le président de la République n’est autre qu’un « grand bâtisseur » qui a permis à son pays, selon lui de réaliser le « second miracle économique ». « Le président Alassane Ouattara est un homme qui a su redonner de l’espoir aux ivoiriennes et aux Ivoiriens ».

Duncan a, depuis Grand-Bassam lancé un appel solennel à l’amour du prochain, à la cohésion sociale, au rassemblement et au vivre ensemble.

Emélis Gooré